Guerre et écologie : quelle géopolitique ? 
Editorial

L’agression de l’Ukraine par la Russie, d’une puissance nucléaire contre un beaucoup plus petit pays voisin, européen, souverain, est un acte qui ne peut que susciter la condamnation et l’indignation mondiale. La défense héroïque du peuple ukrainien suscite l’admiration universel et mérite le soutien de tous.  C’est ce que cet éditorial d’Alters Média veut exprimer, c’est à ce soutien multiforme qu’il appelle. C’est aussi le sens de cette agression que nous voulons rechercher, pour trouver la meilleure façon d’aider le peuple ukrainien. 

***

La guerre en Ukraine, l’agression d’un pays européen par une puissance nucléaire membre du Conseil de Sécurité de l’ONU, est certainement un événement majeur dans l’histoire du 21ème siècle.

th.jpg.png

La guerre en Ukraine, l’agression d’un pays européen par une puissance nucléaire membre du Conseil de Sécurité de l’ONU, est certainement un événement majeur dans l’histoire du 21ème siècle. C’est un pays européen qui est agressé, c’est toute l’Europe qui est menacée en particulier au plan nucléaire, c’est une paix de 75 ans en Europe (relative bien sûr, puisque les guerres coloniales, la guerre des Balkans, ne doivent pas être oubliées), de paix globale, qui est rompue. C’est un grand pays, membre du Conseil de Sécurité qui se comporte comme la Corée du Nord. 

Cet événement transformera l’Europe. Alors que celle-ci se préparait à sortir de la crise sanitaire et économique due au Covid-19, cherchait à s’engager dans les trois grands combats de notre époque – écologique, digital et social –, ce sont les questions de la sécurité européenne, de la sécurité internationale, de défense et de sécurité énergétique qui s’imposent au premier plan.
Cette agression ne peut pas ne pas susciter notre réaction d’Européen. 

Comment caractériser l’événement lui-même, à l’heure où ce sont d’autres catastrophes combien plus globales et peut être irréversibles qui nous menacent, je pense au bouleversement climatique ? 

Il témoigne d’un phénomène majeur de notre époque (…) l’importance de plus en plus massive de la société civile dans le mouvement historique

Il nous semble que l’agression brutale de l’Ukraine et les menaces nucléaires de la Russie témoignent d’un phénomène majeur caractéristique de notre époque, de la période qui nait après la seconde guerre mondiale : celle de l’importance de plus en plus massive de la société civile dans le mouvement historique, les relations internationales, les évolutions de tous ordres. La peur de la contagion démocratique en Russie est certainement l’une des causes profondes de l’agression par Poutine de l’Ukraine : après le choix des peuples des pays de l’Est de l’Europe pour la démocratie et l’Union Européenne et celui choix de l’Ukraine, la menace pour le régime russe était trop forte.

1358541-quebec-sest-fixe-lobjectif-ambitieux.jpg

Cette importance de la société civile émerge depuis la fin de la seconde guerre mondiale, du fait de l’allongement de la paix globale (au moins en Europe), du poids énorme de l’économie et des interdépendances ainsi créées et de l’explosion des communications. Elle émerge dans la pensée de Michel Serres (voir sa philosophie de l’histoire dans « Darwin, Bonaparte et le Samaritain ») et de Bertrand Badie (sous l’angle des relations internationales).

Cette émergence de la société civile nous dicte notre action : 

  1. Nous avons tort de séparer, dans notre pensée d’abord, action pour le climat (combien nécessaire !) et les questions géo politiques, affaires de sécurité. Il s’agit d’un seul et même problème : la lutte pour la vie et la survie. Et la puissance de la société civile dans le monde vient de là : elle prend tout en compte, la lutte contre les agressions militaires les plus brutales, comme l’action contre le climat. Il n’y a qu’une planète, Géo ou Gaïa disait les grecs, il ne peut y avoir qu’une action ! Que nous saurons bien sûr adapter à chacun des problèmes concrets que sont la guerre et la série de catastrophes de toutes natures que représente le changement climatique.
  2. Et appuyons notre action sur la société civile : la force vient d’elle, de sa conscience, de ses affects, de ses attachements. Dans l’attachement du peuple ukrainien à son pays, sa liberté, son sol, sa démocratie. Dans les attachements de chacun d’entre nous, à conserver ce que nous apporte la planète. 

Dans ce contexte que devient l’Europe ? élément clé d’un sursaut planétaire ou victime désignée ? Une extension de l’Atlantique à l’Oural ou l’anéantissement sous les bombes (éventuellement nucléaires) ? 

L’émergence de la société civile (que révèle le conflit « société civile versus dictature totalitaire ») n’est pas en opposition avec les autres combats que sont l’écologie, la transition énergétique la recherche d’une plus grande équité et égalité entre les peuples et à l’interieur des sociétés, au contraire.

C’est à une nouvelle géo politique que cette guerre en Europe nous appelle, géo politique au sens large 

C’est à une nouvelle géo politique que cette guerre en Europe nous appelle, géo politique au sens large : géo politique de l’Europe, géo politique de la guerre chaude(1) et des enjeux stratégiques du changement climatique, géo politique de nos attachements.  

Nous vous appelons à exprimer vos convictions, vos idées dans ces colonnes ! 


Didier Raciné, Rédacteur en chef d’Alters Média

 (1) Pour reprendre le titre d’un ouvrage récent « La guerre chaude Enjeux stratégiques du changement climatique » sous la direction de Nicolas Regaud, Bastien Alex et François Gemenne Préface de Jean Jouzel aux éditions SciencesPo Les presses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.