En Ukraine, l’Europe est visée et en guerre !
Editorial

Alters Média a exprimé (à la mi-mars) dans un article « Guerre et écologie : quelle géopolitique ? » Sa position sur la guerre en Ukraine : le retour de la guerre entre Etats en Europe ne doit pas masquer l’émergence de la société civile dans l’évolution du monde. Nous devons soutenir la résistance ukrainienne.

La nature du régime totalitaire en Russie, sa violence d’Etat, son recours systématique aux
mensonges au vu et au su de tout le monde montrent clairement que ce régime s’apparente en
termes idéologiques et par sa violence au régime de Hitler : il n’est pas possible d’imaginer qu’un tel
régime puisse revenir à la normale. Sa volonté affichée de supprimer la nation ukrainienne, de la
dénazifier 1 doit être comprise comme telle. Les atrocités commises par les armées russes que l’on
commence à voir continueront malheureusement, parce qu’elles sont des armes de terreur pour
gagner une guerre qui vise très certainement l’Europe et le camp occidental, au-delà de l’Ukraine.

Cela doit amener les responsables européens et américains à définir nos buts de guerre, car il est
faux d’imaginer que nous ne sommes pas en guerre, stratégiquement en guerre. Mais aussi à
prendre en compte la nécessité de faire perdre la Russie au plus vite.

L’embargo sur le gaz russe est une nécessité morale, mais aussi politique et stratégique

Les sanctions économiques ne pourront être efficaces et ne pourront avoir un effet rapide que si
elles sont complètes. Or l’achat du gaz russe fournit tous les jours au régime de Poutine les moyens
(de l’ordre de 800 millions d’euros) de poursuivre sa guerre d’agression, de dévastation et ses crimes
de guerre. L’embargo sur le gaz russe est une nécessité morale, mais aussi politique et stratégique, et
plus le temps passe, plus nous laissons au Régime russe la possibilité de gagner cette guerre. Une
grande puissance dépendante du gaz russe, désarmée au cœur de l’Europe aujourd’hui est un danger
permanent pour la paix et la démocratie en Europe.

11 avril 2022
Didier Raciné, Rédacteur en chef


(1) Extraits d’un article de Timofey Sergueïtsev https://bibifa.wordpress.com/2022/04/06/que-doit-faire-la-
russie-avec-lukraine
Agence de presse publique russe RIA Novosti, l'une des principales voix de la propagande russe et des fausses
nouvelles, connue pour son soutien systématique au Kremlin

« La dénazification ne peut être effectuée que par le gagnant, ce qui implique (1) son contrôle absolu sur le
processus de dénazification et (2) le pouvoir d’assurer ce contrôle. A cet égard, un pays dénazifié ne peut être
souverain. L’Etat dénazifiant – la Russie – ne peut procéder d’une approche libérale à l’égard de la
dénazification. L’idéologie du dénazifiant ne peut être contestée par le coupable soumis à la dénazification. »

« Les termes de la dénazification ne peuvent en aucun cas être inférieurs à une génération, qui doit naître,
grandir et arriver à maturité dans les conditions de la dénazification. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.