Les élections, le territoire et son tissu socio-économique
Editorial 26 avril 2022

La période d’élections législatives qui s’ouvre met sur le devant de la scène les territoires et leurs habitants : les citoyens et leur « terrain de vie », avec l’ensemble des questions concrètes de la vie.

Le territoire, c’est l’ensemble de ses habitants, de ses réseaux d’activités et de vie, de ses flux, de son tissu socio-économique, sur un espace géographique : précisément le collectif géographiquement rassemblé où peuvent se construire les réponses à ces problèmes d’alimentation, de logistique, de services et d’aides diverses, de travail, de développement d’un tissu économique responsable et respectueux de la société, … 

Le territoire est là pour que soient trouvées des réponses à ces questions, à partir de certains leviers qu’il faut identifier et mettre en œuvre avec l’ensemble des acteurs réunis.

Ainsi, par exemple, la logistique en ville est-elle un nœud de problèmes tels que la congestion de la circulation, les nuisances sonores et de pollution, les émissions de CO2, les difficultés de stationnement … : les leviers ce sont des engagements collectifs autour de Charte mettant en mouvement l’ensemble des acteurs. Et cette nécessité d’engagements collectifs autour de leviers simples est valable pour chaque problème de la vie des habitants et du territoire.

Or on constate très souvent dans de nombreuses collectivités, l’absence de relais avec les acteurs socio-économiques, de travail avec eux à propos de ces divers leviers (Charte d’engagement par exemple, mais les moyens d’action sont nombreux). On constate très souvent des modes d’action purement descendants, d’en haut, sans permettre l’implication dynamique des acteurs. On constate des actions en silo. 

Les réponses aux besoins de citoyens ne viendront que si la collectivité sait justement agir concrètement avec son tissu socio-économique, travailler en collectif et non en silo, avec les divers types d’acteurs, saisir réellement les leviers d’action sur les problèmes concrets et les utiliser avec les acteurs du territoire.

***

Le territoire doit jouer un rôle de facilitation dans les flux bas carbone de matière, de marchandises, de personnes, d’information : facilitation des circuits de co voiturage, de circuits courts, création de tiers lieux, extension et renforcement de l’économie de fonctionnalités, facilitation de nouveaux modèles économiques permettant une économie décarbonée, … 

Ces actions en direction du tissu socio-économique ne sauraient se construire sans sensibilisation, formation des acteurs, mises en relation : l’une des grandes missions du territoire et des collectivités territoriales engagées dans les mutations actuelles (climatiques, écologiques, des modèles économiques et technologiques) est de sensibiliser et d’aider les acteurs et en particulier les chefs d’entreprise, sur le territoire, à trouver de nouveaux modèles de gouvernance, de nouveaux modèles économiques, à s’engager et prendre leurs responsabilités sociétales vis-à-vis du territoire. 

Là encore, ce ne peut être qu’une action hors silos, décloisonnée, partant de leviers concrets dédiés aux problèmes précis des habitants et acteurs du territoire. 


Didier Raciné Rédacteur en chef Alters Média 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.